Notizie

La robe de… Fête

Vous savez, pour une soirée, vous portez une robe élégante et belle, une robe digne des circonstances.

Il s’agit de la solennité de l’Archange Saint Michel le 29 septembre: une fête liturgique qui «attire» habituellement des milliers de fidèles, mais qui, cette année, tombe un dimanche, a enregistré une participation véritablement extraordinaire.

Dès les premières heures de la journée, une rivière pleine de monde a littéralement envahi les rues de Monte Sant’Angelo et, plus encore, du Sanctuaire: pèlerins, promeneurs, adeptes, alpinistes et étrangers, tous accueillis avec les plus beaux vêtement de prière et de fraternité. En effet, le climat spirituel a caractérisé toute la journée, marqué par les nombreuses messes et les moments de prière et d’invocation; et confrontés à des difficultés logistiques compréhensibles, le travail du personnel et des volontaires de la basilique a permis de constater la collaboration pacifique et partagée de nombreuses personnes qui attendaient de descendre dans la Grotte sacrée.

La Divine Eucharistie présidée par Mgr Franco Moscone était le pivot et le centre de la fête: actions de grâces au Seigneur pour le don et la présence de l’archange. Autour de la “table” tous les prêtres de paroisse et religieux de la ville, de nombreux prêtres diocésains et étrangers ont pris place. au pied du presbytère, le peuple de Dieu et les plus hautes autorités civiles, militaires, locales, provinciales et régionales; en connexion en continu, dévots, malades, lointains, de l’Italie et du monde.

L’archevêque a réfléchi à l’habit de Saint Michel: en analysant quatre parties, de nombreuses indications pastorales sont apparues.

Les chaussures: “Il me semble qu’ils disent la vocation missionnaire de quitter chaque croyant et la communauté dans son ensemble: nous devons nous éduquer dans ce que j’ai appelé la géographie du cœur avant la géographie des lieux”. L’armure: pas quelque chose qui sépare, mais plutôt une forme “à embrasser: nous devons nous rééduquer à une affectivité correcte, à une éducation correcte de la corporalité et de la sensualité”. Le casque: “dans ce cas, c’est une couronne qui signifie dignité, force et sens, surtout dans la solidarité et le travail”. L’épée, qui “semble être l’élément d’une arme contondante, mais qui – nous le savons – dans la Sainte Écriture devient l’image de la Parole de Dieu, parole de légalité et de justice: avertissement aux chrétiens et aux fidèles de Saint-Michel de les faire émerger toujours la justice ».

Un dernier message a ensuite été adressé par le pasteur diocésain à ceux qui adhèrent à des situations d’illégalité: “Sachez que vous avez le pied dans la fosse et dans la chaîne, même si vous pensez le mettre à d’autres et le lier à d’autres; sachez cependant qu’il n’y a pas de situation d’où personne ne puisse sortir, il n’y a pas d’enfer que Dieu ne puisse pas atteindre. Saint Michel nous le rappelle: repentez-vous! Convertissons-nous donc et gardons le sens de la conversion fort, car il est très facile de tomber et de se laisser emballer par ce goût et par ce désir d’argent qui est la forme et le début de toute méchanceté ».

Dans ce contexte, la présence des organes de sécurité publique et, en particulier, de la police d’État était parfaitement intégrée: certains agents ont soulevé la “prière du policier” dédiée à l’archange.

Enfin, il est bon de souligner comment l’animation liturgique de la célébration proposait pour la première fois un nouvel hymne en l’honneur de saint Michel: composé par Mgr Marco Frisina, il fut interprété par le chœur de la basilique, soutenu pour la circonstance par l’orgue. , violon, flûte et clarinette.

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.